Ce 11 juin, une des préoccupations majeures de l’heure a été au cœur  des échanges du  mouvement national de la  jeunesse progressiste  dont  le thème « la jeunesse en question ».

Au sens large , ce thème offre l’ occasion aux  jeunes  de porter le plaidoyer pour leur insertion socio- professionnelle qui « reste un  problème  entier  malgré  de multiples mécanismes et moyens déployés par l’État  » selon Salou Dionne .

Selon Salou Dionne, c’est  pratiquement des préoccupations qui sont à l’origine de « violences  comme ça était le cas en Mars 2021 ».

Il urgent une sérieuse prise en charge de cette question dans un pays où  la majorité de la population est jeune et en âge d’activité .Sur ce, Mr Dionne a plaidé pour une « revalorisation ,mieux ,prône -t-il c’est-à-dire  une formalisation du secteur  informel ,un secteur qui aujourd’hui génére  96,4% des emplois face à un secteur  professionnel qui génère 3,6% d’emplois seulement « 

Ce secteur informel représente  « 2.500.000 emplois  », une masse salariale de 700 milliards  soit une contribution aux impôts de  de 150 milliards   contre 165.000 fonctionnaires dont la masse salariale est à 900 milliards ,a -t-il fait constater. Ce secteur poursuit -il c’est au total , une contribution de 2/3 du PIB.  Compte tenu de l’importance de ces chiffres, il y’a une injustice à rectifier et corriger afin de permettre à ce secteur de profiter de la commande publique et d’accéder facilement aux crédits , a-t-il soutenu.

IMS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici