La 27e session de la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 27) s’est ouverte ce  dimanche 6 Novembre   en Egypte à Sharm El-Sheikj jusqu’au vendredi 18.

Alors que l’ONU sonne l’alerte  sur l’accélération de la crise écologique et climatique, la  question  de la mise en œuvre des engagements pris lors des précédentes COP  dont la « réduction des émissions et l’abandon progressif des subventions aux énergies fossiles et au charbon, modalités d’octroi de financements supplémentaires pour les pays en développement confrontés à des pertes et dommages dus aux effets des changements climatiques ».
 
Plus de 40% de la population de la planète qui dés le 15 Novembre 2022 va  atteindre 8 milliards de personnes  habite dans des régions vulnérables aux changements climatiques, alors que l’Afrique n’est responsable que d’environ 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l’énergie et de 7% des émissions totales , elle reste un des régions du monde les plus touchées par les impacts du réchauffement global : sécheresses, inondations, incendies, dégradation des terres agricoles, érosion côtière.

Sur ce,la CEDEAO à travers le Fonds Vers(100 milliards de dollars), en parallèle de la définition du nouvel objectif 2025 restent accrochées aux résolutions de Charm el Cheikh.

FIN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici