Ce 18 juillet à un tribunal de Moscou a condamné Google à verser 363 millions d’euros d’amande.

Le tribunal reproche  au géant américain du net  « de fausses informations » sur l’offensive en Ukraine, ainsi que des contenus « faisant la propagande de l’extrémisme et du terrorisme » ou « appelant des individus mineurs à participer à des manifestations non autorisées », selon des médias locaux.

BIP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici