l

L’ Association des arts martiaux du Sénégal a organisé ce Samedi 22 Octobre sa première édition de don de sang, une initiative saluée par le vice Président du CNOSS, Mamadou Bâ.

Boudocat et Président de la Fédération Sénégalaise de tir, le Vice Président du CNOSS, Mamadou Bâ a soutenu que donner de «  son sang pour sauver des vies est une cause qui doit mobiliser tout le monde, surtout le monde sportif qui est une forte communauté ».

Le Sénégal abrite en 2026 les premiers jeux olympiques en terre africaine où plus de 10. 000 athlètes sont attendus .Sur ce, le Comité Olympique Sportif qui travaille pour une réussite forte de ce rendez-vous ,dit comprendre l’enjeu de la disponibilité du sang  surtout en cette période.

C’est pourquoi,  la question de rupture de stock de sang doit  être une question derrière nous, a promis le vice président du CNOSS.

Ainsi , fait -t-il savoir :  «  avec la participation de toute  la corporation et famille sportives , le Comité Olympique va organiser une journée sportive  de don de sang qui sera multipliée et déployée sur toute l’étendue du territoire national.

 D’autre part,le vice président du CNOSS a déploré la politique de l’Etat sur cette question majeure de santé publique.

 « la politisation de cet acte (donner de son sang) n’a pas été fait à l’échelle nationale. Les gens ne savent pas pourquoi ils devraient donner de leur sang ;ils en  savent pas  l’ utilité », a-t-il souligné. Don il y’a un important travail de communication à faire à travers les médias  par le ministère de la santé dit-il afin que chacun de nous ait cette culture de « donner de son sang pour sauver des vies » indique dit.

Car ,précise -t-il , « nous sommes tous des probables candidats tant qu’il y’a vie,  à un accident directement ou indirectement , et cela démontre qu’on a tous besoin à suffisance  de  donner de  notre sang ».

« Le sang, c’est pas quelque chose qu’on peut fabriquer en laboratoire. C’est notre organisme, c’est Dieu qui la fait ,c’est notre organisme qui produit ce sang là, dont on a besoin que cette  appel fait au ministère de la santé soit entendu », a-t-il dit. 

« Si on ne s’y attele pas ,le problème sera entier », affirme-t-il.

 IMS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici