Le sous secteur de la formation professionnelle et technique est un  levier vital au développement socio-économique du pays », a fait constater ce jour à Dakar le Secrétaire Général du SUDES, Amadou Diaouné.

C’est un secteur clé face à la lancinante question du chômage des jeunes ,défi auquel l’Etat peine malgré la mobilisation des milliards à relever.

Sur ce, le Sécrétaire Général du SUDES , Amadou  Diaouné a  déclaré : « Tous ces problèmes de chômages sont aussi liés à un manque de formation professionnelle ».C’est pourquoi , poursuit -il ,le SUDES,en tant que Syndicat de propositions a décidé de statuer sur « l’état des lieux des politiques publiques dans le sous secteur de la formation professionnelle ».

A cet effet, le Secrétaire Général du SUDES Amadou  Diaouné a eu à salué les « efforts consequants du gouvernement en faveur de la formation professionnelle et technique  avec une augmentation du budget »

Mais face aux défis que constitue cette question du chômage anémique  des jeunes, le Secrétaire Général Amadou Diaouné,prône « plus d’investissements budgétaire ,d’infrastructures, de ressources humaines et d’apprenants »,car précise -t-il , « les performances de ce sous secteur doivent être au service du développement socio-économique du pays ».

Parlant d’apprenants qui dans un avenir proche doivent être de futurs employeurs ou employers, il a souligné la faiblesse du nombre : « le nombre d’élèves du cycle fondamental orienté dans le sous secteur de la formation professionnelle et technique n’atteint même pas la moitié des objectif fixés par le gouvernement qui est de 30%.

« Nous constatons, qu’il y’a des insuffisances  dans ce sous secteur », affirme-t-il. Il  faut répondre à ces « insuffisances afin que ce secteur joue pleinement son rôle moteur en faveur du développement socio-économique du pays »,a dit le Sécrétaire Général du SUDES Amadou Diaouné .

Pour le SG du SUDES, Amadou Diaouné, « le sous secteur de la formation professionnelle et technique doit  répondre aux défis,de l’employabilité ,de la formation et de l’insertion des jeunes  ».

Pour ce faire le SUDES,après une analyse profonde des politiques publiques dans ledit domaine, le SUDES compte déposer auprès du gouvernement une « plateforme revendicative « , où des ressources humaines de qualité ont largement contribué, selon le Secrétaire Général, Amadou Diaouné.

AGI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici